charley case

arbre de vie, la verriere_hermes, bruxelles (photo_ fabien de cugnac).jpg

‘Arbre de vie’ La Verrière, Fondation Hermès, Bruxelles, 2004.‘Arbre de vie’ La Verrière, Fondation Hermès, Bruxelles, 2004.

Charley Case est un citoyen du monde, un artiste itinérant, sans atelier, intervenant là où la vie l’emmène, avec comme seul outil un pinceau chinois. Charley n’est ni un calligraphe, selon une approche ancestrale, ni un street artiste, selon une définition contemporaine. On pourrait rapprocher sa démarche, son activité artistique, à celle des compagnons du devoir. Une forme de compagnonnage où l’œuvre se crée, se définit, s’élabore, au gré des rencontres. Un apprentissage permanent vécu en communauté, celle des hommes, celle des cultures du monde. Un projet de vie basé sur un esprit d’ouverture et de partage. Aussi, il n’est pas étonnant que Charley Case vive hors d’un monde-marché de l’art qui s’éloigne de plus en plus des valeurs humanistes. Charley Case réalise son œuvre au grès des rencontres. Celle du cinéaste et collectionneur Claude Berri, celle d’Alice Morgaine qui lui confie, le temps d’une exposition, le merveilleux espace de La Verrière (Fondation Hermès, Bruxelles), ou encore celle de la Compagnie Patshiva Cie pour laquelle Charley crée une œuvre spectaculaire et intimiste en hommage aux Sœurs Noires du Couvent de Mons.

oeuvres disponibles

DSC08354-2.jpg

Charley Case, 2015, esquisse pour la Chapelle du Mas-d'Azil encre sur papier 200x400 cm